EN LETTRES

Thierry Bientz a 35 ans. Il est né le 21 avril 1983 à Paris (France). Il mesure 1m77 pour 70 kg. Partageant sa vie entre la France et l'Espagne, il est à la fois conducteur de trains et coureur cycliste dans une grande entreprise ferroviaire.

A quatorze ans, il joue bien au golf handicap 10 et court déjà le 10 000 mètres en 45 minutes mais, à seize ans, il laisse tomber ces deux sports pour se consacrer au cyclisme sur route ! Pour sa première saison, 1999 est une année d’apprentissage où il ne montre pas grand chose de significatif.

En 2000, il démarre en empochant ses 21 premiers Coups de Force (course solitaire d’un jour d'au moins 110 kilomètres sur un trajet aller-retour avec Cély-en-Bière comme unique référentiel) dont 204 kilomètres à Orléans. A la fin de l’été, il escalade pour la première fois le Mont Ventoux par Sault et intègre dans la foulée le club cycliste de Ponthierry-Pringy (77) auquel il restera attaché dix ans.

Il peine à confirmer en 2001 avec seulement 11 Coups de Force supplémentaires même s’il porte à Esternay son record à 212 kilomètres. Le 24 août, il se fait violemment renverser par une voiture mais s’en tire miraculeusement avec juste quelques contusions. Cela ne l’empêche pas de gravir deux jours plus tard de nouveau le Géant de Provence, ce coup-ci par Bédoin.

En 2002, très souvent pris par son travail, il effectue une saison correcte en décrochant 18 nouveaux Coups de Force et notamment Aillant sur Tholon où il boucle 231 kilomètres, sa nouvelle référence.

En 2003, il vole sur les routes de France avec 35 Coups de Force à la clé qui viennent s’ajouter aux 50 déjà accomplis. Il va même jusqu’à fracasser 263 kilomètres à Auxerre pour son nouveau record.

En 2004, il en obtient 21 supplémentaires. Dont Cosne sur Loire où il efface tous ses précédents Coups de Force en pulvérisant 305 kilomètres. Il franchit pour la première fois le cap des trois cents kilomètres de vélo en une journée.

En 2005, il court ses 14 derniers Coups de Force qui lui permettent d’atteindre le chiffre final de 120 Coups de Force. Ceux-ci lui auront permis de conquérir 6 régions, 19 départements, 12 préfectures, 25 sous-préfectures, 253 chefs-lieux de cantons et 1720 communes en 6 ans ! A la mi-saison, il se tourne vers les Coups de France (course d'un jour d'au moins 110 kilomètres mais maintenant sur un trajet aller) et boucle sa première course par étapes de Cély au Mont Ventoux. Il conquiert à cette occasion le Géant de Provence par son troisième et dernier versant.

En 2006, Thierry axe toute sa saison sur les 400 kilomètres seul en une journée qu'il décroche le jeudi 15 juin 2006 entre Cély-en-Bière (77) et Nantes (44) : 407 kilomètres en 16h49 de selle à la moyenne horaire de 24.5 km/h ! 

Arrêté six mois dans la deuxième partie de l’année 2006 à cause du syndrome rotulien, il fait évoluer son coup de pédale vers la haute montagne. Le 23 mai, il escalade pour la quatrième fois le Mont Ventoux avant de réaliser trois courses par étapes dans les Alpes dont Lyon - San Remo ! A la fin de l’année, il franchit la barre des 200 CdF depuis ses débuts dans le cyclisme.

Kaiser Bientz continue sur sa lancée en 2008. Il réalise son premier Grand Chelem en étant présent du 11 janvier au 18 décembre. A 25 ans, il s'émancipe en Europe avec des incursions régulières en Belgique, Allemagne, Suisse, Espagne et Italie. Il court cinq fois par étapes, décroche Paris - Francfort et réalise le triplé Angliru - Alpe d'Huez - Ventoux.

En 2009, il prend encore une nouvelle dimension puisqu'il s'offre à 26 ans le Tour de France seul et sans assistance. Il conclut son premier Grand Tour le 18 juin sur les Champs-Elysées parisiens après 2891 kilomètres et 11 cols avalés en trois semaines par-delà le Jura, les Alpes et les Pyrénées. Après dix ans de vélo, il comptabilise 350 CdF et 123 Sommets. 

Thierry continue de s'élever en 2010. Il décroche cinq courses par étapes dans les Alpes dont Paris - Nice en avril après 1319 kilomètres et 13 cols dévorés en dix jours. En une seule saison, il claque 12 000 kilomètres, 90 CdF... et 144 Sommets dans 7 massifs différents en Europe ! A vingt-sept ans, il découvre la haute montagne en franchissant 17 fois la barre des 2000 mètres.

En 2011, Thierry fracasse sept courses par étapes dont six dans les Alpes. Il réussit le triplé national Paris - Nice (1035 kilomètres/2 cols), Tour de France (3052 kilomètres/18 cols) et Critérium du Dauphiné (1018 kilomètres/16 cols) en moins de 200 jours ! Il atteint également pour la première fois en une saison la barre des 15 000 kilomètres, 115 CdF et 159 Sommets ! A vingt-huit ans, il détient tous les cols des Alpes françaises plantés à plus de 2000 mètres d'altitude.

Thierry conquiert en 2012 cinq courses par étapes dont deux nouveaux monuments : le Tour d'Espagne (2156 kilomètres/20 cols) et Thonon - Trieste (1238 kilomètres/27 cols) ! Sa saison est marquée par l'annexion de toutes les préfectures de l'Hexagone hors Corse et de tous les cols des Alpes françaises. Il boucle une troisième saison consécutive à plus de 12 000 kilomètres tout en portant son record d'ascensions à 172 dont 35 supérieurs à 2000 mètres.

En 2013, Thierry boucle cinq courses par étapes dont son troisième Grand Tour différent en trois ans : le Tour d'Italie (2101 kilomètres/22 cols) ! Il effectue sa saison la plus dense en Europe avec 20 886 kilomètres, 160 CdF et 256 Sommets répartis dans neuf pays différents. Il grimpe pour la première fois davantage dans les Pyrénées que dans les Alpes avec en prime deux nouveaux monuments décrochés en Espagne : le Tour de Catalogne et Bordeaux - Barcelone.

Dévasté en début d'année 2014 par la disparition de son coéquipier Romain Taillebois, Thierry essuie ses larmes en décrochant un deuxième Tour Méditerranéen, Perpignan - Castellón et Bordeaux - Vitoria. Il réussit ensuite l'incroyable triplé Tour d'Espagne (2141 kilomètres/22 cols) - Tour de France (3015 kilomètres/27 cols) - Tour d'Italie (2204 kilomètres/19 cols) entre le 13 mai et le 15 octobre ! Il gravit également 132 Sommets au bout d'une nouvelle saison à plus de 20 000 kilomètres.

En 2015, Thierry décide de se concentrer sur les 24 heures non-stop. Le 4 juin, il anéantit 606 kilomètres entre Cély-en-Bière (77) et St Gildas-de-Rhuys (56) à la moyenne horaire de 25.2 km/h ! Parrallèlement, il boucle sept nouvelles courses par étapes dont Paris - Nice (1111 kilomètres/5 cols) en hiver et un troisième Tour d'Espagne (2090 kilomètres/39 cols) à l'automne. Au printemps, il franchit la barre symbolique des 1000 CdF et 1000 Sommets en carrière.

L'année 2016 voit Thierry faire une razzia par étapes en Europe. Il boucle notamment un quatrième Paris - Nice (994 kilomètres/5 cols), un deuxième Tour de Catalogne (1049 kilomètres/22 cols), le Tour d'Allemagne (1072 kilomètres/15 cols) avant un quatrième Tour d'Espagne (2152 kilomètres/40 cols) au printemps. L'été, il conquiert le Tour des Alpes (2000 kilomètres/32 cols), son dixième Grand Tour en huit ans. Il gravit également 204 Sommets entre février et octobre.

En 2017, Thierry effectue au mois de mai le Tour de la Péninsule Ibérique (4107 kilomètres/18 cols) en 26 étapes et 27 jours (158 km de moyenne par jour). Il décroche un deuxième Critérium du Dauphiné (1057 kilomètres/14 cols) l'été, avant un troisième Tour d'Italie (2013 kilomètres/16 cols) et douzième Grand Tour à l'automne. Sa saison est marquée par une démonstration de force sur la longue distance avec 20 sorties d'au moins 200 kilomètres, ce qui amène son total à 100 en 18 ans de vélo.

Il conserve le Tour de la Péninsule Ibérique (2395 kilomètres/25 cols) au printemps 2018 avant de décrocher un cinquième Tour d'Espagne (2091 kilomètres/31 cols) à l'automne. Sa saison est marquée par dix nouvelles courses par étapes dont les Vueltas a Murcia et Valencia, un cinquième Paris-Nice ainsi que Lyon-Nice par les Alpes italiennes. Après 19 ans de cyclisme, il atteint le score de 14 Grands Tours et 70 courses par étapes en Europe.


© Thierry Bientz - 2019 © Code & Design by LBIE