Tour d'Espagne 2015

C'était assurément la plus dure des trois Vueltas que j'ai eue à affronter. Aussi bien au niveau du parcours hyper montagneux que de la météo rencontrée. J'avais décidé d'entrer rapidement dans le vif du sujet en gravissant le Système Central dès le deuxième jour.

Cette entrée en matière s'est révélée désastreuse en raison du vent de face, du froid et surtout de la pluie. Si la boucle autour d'Avila m'a fait mal le premier dimanche avec une crevaison en prime, c'est la troisième étape vers le puerto del Pico sous le déluge qui m'a anéanti. J'étais mort après seulement 370 kilomètres et 10 cols.

Heureusement, j'ai l'expérience de ce genre de désagrément en Grand Tour alors j'ai fait le dos rond en attendant des jours meilleurs. Le lendemain, il a moins plu vers Candelario et j'ai commencé à me refaire, même si j'ai connu un grand moment de solitude dans Tremedal, le huitième et avant-dernier col de la journée.

Le soleil est apparu pour la première fois sur la cinquième étape vers Plasencia. J'ai reculé dans Honduras, mon 22ème col en quatre jours. Je n'avais plus d'énergie pour grimper mais, le Système Central étant derrière moi, j'ai retrouvé mes jambes dans la plaine.

En descendant progressivement en Estrémadure, il s'est mis à faire meilleur même si le vent du sud ne m'a jamais lâché. Le passage au Portugal à Elvas m'a regonflé le moral. Après, l'étape de Cortelazor dans la Sierra de Aracena m'a fait très mal. J'ai toujours eu des difficultés dans cette partie de l'Espagne, dans ces toboggans désertiques au nord de l'Andalousie. J'ai autant souffert du relief escarpé et du vent que l'an passé en Castille la Manche. La bascule vers Séville, la vallée du Guadalquivir et le jour de repos furent une première délivrance.

Deux jours plus tard, pour la remise en route, le vent de face n'avait pas faibli. Je l'ai bouffé jusqu'à Tarifa, la ville la plus méridionale d'Europe, là où l'Atlantique et la Méditerranée se déchirent dans les remous, avec l'Afrique en toile de fond. Le tronçon Tarifa - Algeciras accroché à la montagne vaut le détour avec cet impressionnant détroit de Gibraltar, l'un des plus beaux lieux que j'ai eu la chance de découvrir en Grand Tour. A Algeciras, j'étais cependant déçu car, dans des conditions météorologiques normales, j'aurai claqué trois 200 d'affilée mais avec le vent de face, je n'ai jamais pu dépasser les 160 kilomètres en 8h30 de selle...

Le tour du rocher de Gibraltar était sans grand intérêt en dehors de cette photo à la Punta de Europa avec les singes et le Maroc derrière moi. La remontée de l'Espagne sans le vent s'est avérée moins compliquée que la descente. Mais qui dit remontée dit montagne de retour. Dans le Madroño, 23 kilomètres d'ascension à 5% de moyenne, en fin de journée, j'ai reçu. Le soleil déclinait et il fallait basculer au plus vite vers Ronda.

J'ai connu une panne de jambes à la sortie de la Sierra de las Nieves le lendemain mais j'ai pu en remettre en dévalant la vallée du Guadalhorce vers Malaga, où j'ai fini une nouvelle fois dans la nuit. Pareil le lendemain vers le Navazzo, où j'ai commencé à jeter mes dernières forces dans la bataille.

Une deuxième crevaison à Alhama de Granada m'a contraint de modifier l'avant-dernière étape. Mon cœur se serre toujours autant lorsque je reviens à Grenade et découvre cet immense Pico Veleta, 3400 mètres, plus haut sommet routier d'Europe, non enneigé pour une fois. Je le monterai un jour mais pas sur la Vuelta, c'est trop compliqué.

J'ai eu pour la première fois de la quinzaine un fort vent favorable lors de la dernière étape mais comme je devais conclure la Vuelta avant 18 heures pour attraper un train pour Madrid, j'ai encore dû m'asseoir sur un potentiel 200 kilomètres. Finir à Linares, dans un trou perdu d'Andalousie, cela n'a pas la même saveur que terminer à Barcelone (Vuelta 2012) ou Castellón (Vuelta 2014) face à la Méditerranée mais c'est bon quand même ! 

 

  • Les étapes

03/10/15 (1ère étape) : Palencia (Castilla y León) – Valladolid (Castilla y León), 125 km

04/10/15 (2ème étape) : Avila (Castilla y León) – Puerto del Boquerón (Castilla y León), 127 km
Puerto de la Cruz de Hierro 1467m – Puerto de la Lancha 1485m – Alto de Valdelavia 1448m – Puerto de las Pilas 1334m – Puerto del Boquerón 1315m

05/10/15 (3ème étape) : Avila (Castilla y León) – Puerto del Pico (Castilla y León), 112 km
Puerto de la Paramera 1419m – Puerto de Navalmoral 1514m – Alto de Navalacruz 1539m – Puerto de Menga 1564m – Puerto del Pico 1392m

06/10/15 (4ème étape) : San Martín del Pimpollar (Castilla y León) – Candelario (Castilla y León), 144 km
Parador de Gredos 1580m – Puerto de la Cañada del Horno 1767m – Puerto de Chia 1663m – Puerto de Fuente Alberche 1703m – Puerto de la Peña Negra 1909m – Puerto de Santiago 1208m – Puerto de Tornavacas 1275m – Puerto de Tremedal 1637m – Puerto de la Hoya 1290m

07/10/15 (5ème étape) : Candelario (Castilla y León) – Plasencia (Extremadura), 130 km
El Travesio 1850m – Alto de la Garganta 1313m – Puerto de Honduras 1435m

08/10/15 (6ème étape) : Cáceres (Extremadura) – Olivenza (Extremadura), 150 km

09/10/15 (7ème étape) : Olivenza (Extremadura) – Cortelazor (Andalucía), 131 km

10/10/15 (8ème étape) : Cortelazor (Andalucía) – Sevilla (Andalucía), 159 km  

11/10/15 : journée de repos

12/10/15 (9ème étape) : Sevilla (Andalucía) – El Puerto de Santa María (Andalucía), 151 km

13/10/15 (10ème étape) : Puerto Real (Andalucía) – Algeciras (Andalucía), 158 km

14/10/15 (11ème étape) : Algeciras (Andalucía) – Ronda (Andalucía), 150 km
Puerto del Madroño 1069m – Sierra Blanca 1127m – Puerto del Navasillo 1043m

15/10/15 (12ème étape) : Ronda (Andalucía) – Málaga (Andalucía), 150 km
Puerto de Encinas Borrachas 1029m – Puerto de los Perdigones 1074m – Puerto del Viento 1078m

16/10/15 (13ème étape) : Málaga (Andalucía) – Alto del Navazo (Andalucía), 121 km
Puerto del Sol 1080m – Puerto de Los Alazores 1045m – Venta de la Leche 1098m – Alto del Navazo 1140m

17/10/15 (14ème étape) : La Alcaiceria (Andalucía) – Deifontes (Andalucía), 127 km
Alto del Navazo 1140m – Alto de los Bermejales 1030m – Puerto del Lucero 1123m – Puerto Lobo 1120m – Alto de Sierra de Huétor 1212m

18/10/15 (15ème étape) : Deifontes (Andalucía) – Linares (Andalucía), 155 km
Puerto de Torre Cardela 1226m – Puerto de Zamora 1130m

 

  • Bilan du Tour d'Espagne 2015 :

15 étapes en 16 jours seul et sans assistance, 2090 kilomètres et 39 cols parcourus !!!

 

  • Remerciements :

La bici es un increíble estilo de vida y la Vuelta mi carrera favorita. Gracias a todos los que me siguen y me acompañan en este largo camino...


Chargement des images ...
loading
Km 370, Parador de Gredos (Espagne) Km 635, Plasencia (Espagne) Km 1200, Sanlúcar de Barrameda (Espagne) Km 1415, Gibraltar (Gibraltar) Km 1610, Ardales (Espagne) Km 2090, Linares (Espagne)
© Thierry Bientz - 2019 © Code & Design by LBIE