Tour des Alpes 2016

C’est un projet fou né un soir d’hiver dernier. Avec deux de mes coéquipiers de Thonon - Trieste 2012, Gérard et Bruno, on voulait aller grimper en Autriche depuis longtemps. Mais le Tour d’Autriche n’est qu’une course d’une semaine et comme je voulais absolument courir deux Grands Tours en 2016, ça ne collait pas bien. Intégrer l’Autriche dans un troisième Tour d’Italie me paraissait usurpé alors c’est ainsi que j’ai baptisé ce Grand Tour le Tour des Alpes.

J’ai réparti la course sur trois pays (Suisse, Autriche, Italie) même si j’ai effectué un court passage en France et au Liechtenstein. L’idée était de monter un maximum de cols à plus de 2000 mètres pendant quinze jours. Pendant une semaine, en milieu de Grand Tour, dans la partie la plus exigeante de la course, j’ai exceptionnellement disposé d’une voiture suiveuse, ce qui m’a largement aidé dans ma quête de sommets. Débarrassé de mon sac à dos lourd de quatre kilos, la difficulté était momentanément atténuée.

Passer quotidiennement à 2 000 mètres est toujours aléatoire au niveau de la météo. Hormis les étapes du Pillerhöhe et du Grossglockner, il a fait globalement très beau et cela m’a beaucoup aidé, même si parfois la chaleur était pesante...

J’ai démarré de Genève dans un four avec comme seul brumisateur l’air marin du lac Léman. Monter les pourcentages à deux chiffres de Pont de Nant en fin de journée a été d’entrée un calvaire. Le lendemain, j’ai fondu en vallée du Rhône. Le Furkapass depuis Brig est interminable mais quel pied lorsque tu arrives là-haut après 57 bornes d’ascension sur un des toits de la Suisse !

Idem le troisième jour vers Maienfeld où il faisait encore très chaud dans les Grisons. J’ai récupéré Gérard et Bruno sur la quatrième étape en Autriche. Voulant suivre le rythme effréné du premier dans le Bielerhöhe, je me suis fait une déchirure intercostale. J’ai ensuite passé deux longues journées à souffrir sur le vélo. La nuit, je dormais peu tellement la douleur me tiraillait. Par conséquent, je ne récupérais pas et la fatigue commençait à s’accumuler dangereusement. En temps normal, j’aurai arrêté mais là, en Grand Tour, c’est juste impossible de mettre pied à terre.

J’ai serré les dents sur l’étape de Sölden puis encore le lendemain dans le Rombo et le Giovo, deux 2 000 mètres particulièrement impressionnants. J’ai commencé à aller mieux sur la septième étape menant au Stalle. J’ai encore souffert le lendemain dans le Grossglockner, la plus haute montagne d’Autriche, sous le déluge. Retombé en plaine, je me suis remis en selle. La grosse chaleur le long de l’Inn m’a ensuite plombé. Je me suis trompé de route à l’attaque du Kühtai. Un 2000 mètres minimum par jour, c’est un programme particulier à ingurgiter.

Comme défier le Stelvio après dix jours consécutifs de course. Passer tout là-haut, à 2 758 mètres d’altitude, restera comme le moment fort de ce dixième Grand Tour. J’étais à la fois heureux et momentanément soulagé d’avoir résisté à tout, même si je savais qu’il restait encore cinq journées piégeuses jusqu’à l’arrivée. La journée de repos, j’étais tellement mort que j’ai dormi jusqu’à 14 heures dans ma chambre. Je suis allé décrasser ensuite dans le Gavia mais à 2 600 mètres d’altitude, j’ai pris la saucée. Ce n’était pas vraiment un jour off.

Alors, j’ai récupéré le long du lac de Côme le lendemain vers Menaggio. Il faisait exceptionnellement beau. Moi qui boucle l’essentiel de mes Grands Tours au printemps, je me suis découvert bien plus fort sous le soleil et la chaleur à cette époque de l’année. Ensuite, c’était Domodossola avant le coup de force de l’Alpe San Bernardo. A deux jours de l’arrivée, après toutes mes galères de la première semaine, j’ai enfin trouvé dans le Piémont la bonne carburation. En envoyant le long du lac Majeur, j’ai comblé tout mon retard pour les 2 000 kilomètres ce jour-là. Dans la montée finale vers San Bernardo, après 180 bornes à toute allure, je volais littéralement sur la pente. C’était assurément la meilleure journée de ma carrière en Grand Tour.

Revenir à Zermatt le lendemain était plus symbolique qu’autre chose. Je me suis souvenu d’il y a 20 ans ici lorsque mon grand-père m’avait emmené face au monumental Matterhorn. Je lui avais alors promis de revenir. Je pense que d’où il est aujourd’hui, il peut être fier de moi. La dernière étape dans le Valais Romand vers Arolla, c’était juste l’apothéose. Finir un Grand Tour à 2 000 mètres d’altitude, ce n’est pas un truc commun. Je voulais marquer cette course jusqu’au bout. 2 000 kilomètres, 32 cols dont 13 à plus de 2 000 mètres, c’est du jamais vu pour ma part...

 

  • Les étapes

25/08/16 (1ère étape) : Genève (Suisse) - Pont de Nant (Suisse), 111 km
Pont de Nant 1254m

26/08/16 (2ème étape) : Visp (Suisse) - Wassen (Suisse), 121 km
Furkapass 2430m

27/08/16 (3ème étape) : Andermatt (Suisse) - Maienfeld (Suisse), 132 km
Oberalppass 2044m - Lai da Curnera 2039m - Flims 1105m

28/08/16 (4ème étape) : Maienfeld (Suisse) - Zeinisjoch (Autriche), 124 km
Bielerhöhe 2037m - Zeinisjoch 1835m

29/08/16 (5ème étape) : Galtür (Autriche) - Sölden (Autriche), 117 km
Pillerhöhe 1573m

30/08/16 (6ème étape) : Sölden (Autriche) - Passo del Brennero (Italie), 131 km
Passo del Rombo 2474m - Passo di Monte Giovo 2099m - Passo del Brennero 1375m

31/08/16 (7ème étape) : Campo di Trens (Italie) - Huben (Autriche), 142 km
Terento 1260m - Passo di Stalle 2052m - Oberhaus 1770m

01/09/16 (8ème étape) : Huben (Autriche) - Mittersill (Autriche), 145 km
Iselsbergpass 1209m - Hochtor 2504m - Fuschertörl 2428m

02/09/16 (9ème étape) : Zell am Ziller (Autriche) - Zams (Autriche), 159 km
Tanneben 1092m - Kühtai Sattel 2017m - Silzer Sattel 1690m

03/09/16 (10ème étape) : Pfunds (Autriche) - Bormio (Italie), 110 km
Norbertshöhe 1405m - Passo di Resia 1509m - Passo dello Stelvio 2758m - Pass Umbrail 2501m

04/09/16 : journée de repos

05/09/16 (11ème étape) : Bormio (Italie) - Menaggio (Italie), 140 km

06/09/16 (12ème étape) : Menaggio (Italie) - Domodossola (Italie), 133 km
Arvogno 1257m

07/09/16 (13ème étape) : Domodossola (Italie) - Alpe San Bernardo (Italie), 200 km
Alpe San Bernardo 1670m

08/09/16 (14ème étape) : Brig (Suisse) - Zermatt (Suisse), 125 km
Blatten Tätschen 1800m - Blatten Egga 1649m - Zermatt 1616m

09/09/16 (15ème étape) : Sion (Suisse) - Arolla (Suisse), 110 km
St Martin 1411m - Ferpècle 1882m - Arolla 2006m

 

  • Bilan du Tour des Alpes 2016 :

15 étapes en 16 jours, 2 000 kilomètres et 32 cols parcourus !!!


Chargement des images ...
loading
Km 250, Oberalppass (Suisse) Km 420, Gaschurn (Autriche) Km 630, Passo del Rombo (Italie) Km 825, Passo di Stalle (Italie) Km 967, Hochtor (Autriche) Km 1203, Passo di Resia (Italie) Km 1280, Passo dello Stelvio (Italie) Km 1405, Domaso (Italie) Km 1765, Alpe San Bernardo (Italie) Km 2000, Arolla (Suisse)
© Thierry Bientz - 2019 © Code & Design by LBIE