Cély - Nantes

C'est le jeudi 15 juin 2006 qui a été retenu pour parcourir seul 400 kilomètres de vélo entre Cély et Nantes en moins de 24 heures ! Gérôme et moi l'avons décidé l'avant-veille à midi. Le vent soufflant de secteur nord ou nord-est, nous avions le choix entre entre Limoges et Nantes. Et finalement, nous avons retenu Nantes sans trop savoir pourquoi. J'ai réservé une chambre d'hôtel au Formule 1 de Nantes-Est. Mercredi soir, je suis allé chez Gérôme déposer dans sa voiture tout le nécessaire pour faire 400 kilomètres de vélo, c'est-à-dire une glacière avec du jambon et des fruits à l'intérieur, une caisse avec dedans une multitude de boissons sucrées, mes affaires de rechange, ma pommade contre le soleil, les cartes de France pour faire Cély - Nantes avec mon itinéraire surligné dessus, trois chambres à air, un pneu et mon compresseur pour regonfler en cas de crevaison ! Dans la nuit, rattrapé par l’événement, je n'ai dormi que trois petites heures lorsque je me lève à 4h50 du matin. Je jette un petit coup d’œil par la fenêtre pour constater que Météo France s'est encore bien trompé avec ce ciel très menaçant dès l'aube. Juste le temps de m'enfiler une boîte de gâteau et c'est parti. Pour le jeudi 15 juin 2006. Le jour J et accessoirement celui qui s'annonce comme le plus long de ma petite existence. Je démarre à 5h26 du matin dans Cély par 15°C. Il ne fait pas encore jour. Il faut attendre Milly-la-Forêt au km 10 à 5h55 pour voir totalement clair. C'est également à ce moment-là que la pluie commence à tomber. Je monte arrêté la côte de Tousson sur le petit plateau en étant déjà bien trempé. En haut, la pluie cesse heureusement. J'arrive à Nanteau sur Essonne pour remplir mes bidons d'eau sur la place du village encore endormi. Avant de quitter définitivement le département de la Seine-et-Marne. Et entrer dans celui du Loiret à Malesherbes où je monte encore à 10 km/h la côte sèche du centre-ville. Peu avant 7h00, je m'engage sur la N152. A 7h40, j'arrive à Pithiviers en plein travaux. Cela ne me gêne pas plus que ça. Je mange ma deuxième barre énergétique de la journée et jette le journal que j'avais placé par précaution sous mon ventre pour ne pas attraper froid en début de course. Déjà deux heures de vélo à 20 km/h de moyenne sans avoir produit le moindre effort physique. J'accélère un peu passé Pithiviers et progresse maintenant à 23 km/h sur le 42x17. Il y a beaucoup de voitures sur la N152 qui m'énerve fortement à la longue. Et cela jusqu'à Orléans. Que j'atteins à 9h20 et traverse assez rapidement comparé au bazar routier qui règne dans cette grande ville. A Orléans, la pluie s'est remise à tomber. Je franchis pour la première fois la Loire de la journée et roule maintenant rive gauche à toujours 23 km/h. Le vent souffle faiblement de secteur nord depuis ce matin. Il m'aide très peu dans ma progression mais au moins il ne me gêne pas. Cela durera toute la journée. Quand je pénètre dans le département du Loir-et-Cher, à St Laurent-Nouan, la pluie disparaît définitivement pour laisser place aux premiers rayons de soleil. Gérôme me rejoint un peu plus loin au Km 128 à Muides sur Loire pour un premier ravitaillement copieux. J'en profite aussi pour me changer en vue de la suite de la journée qui s'annonce bien ensoleillée. Sur mes affaires, pas la moindre trace de transpiration au tiers de la distance. C'est donc bien parti. On va faire les pleins d'eau au cimetière du village. 20 kilomètres plus loin, j'arrive à Blois et repasse sur la rive droite de la Loire. Pour la première fois de la journée, je monte une côte sans descendre le petit plateau. Mon échauffement de 150 bornes est maintenant terminé. Le moteur commence à monter doucement en régime. La chaleur aussi. Je quitte Blois à 13 heures pour m'engager sur la D766. A 14h20, me voilà maintenant à Château-Renault en Indre-et-Loire au Km 185. En me ravitaillant à la voiture de Gérôme, je me rends compte que je suis victime d'une crevaison lente à l'arrière. Un an et demi que je n'avais pas percé. Mais comme la fuite est très faible, je préfère continuer pour le moment à faire la course en regonflant tous les cinquante kilomètres. En vérité, je n'ai pas trop envie de couper trop longtemps mon effort... pour faire de la mécanique sous le cagnard qui commence à s'installer au meilleur de la journée ! Un peu plus de deux heures plus tard, au Km 230, c'est Château-La Vallière dans la période la plus chaude de la journée. Je souffre maintenant de la température et commence à beaucoup transpirer. Depuis Blois, je maintiens mon allure autour des 27 km/h sur le 42x16. Je continue à bien manger et boit de plus en plus pour éviter le coup de la surchauffe. Mon organisme assimile toujours parfaitement bien. La course d'usure débute véritablement sur les dernières longues lignes droites roulantes de l'Indre-et-Loire que je ne vais pas tarder à laisser derrière moi pour entrer dans le Maine-et-Loire. A 17h30, j'arrive à Noyant par 35°C au soleil. Je suis tout transpirant, le visage marqué, et doit m'asseoir un quart d'heure dans la voiture de Gérôme pour récupérer un petit peu tout en me ravitaillant. On regonfle mon pneu arrière pour constater que celui-ci ne cède finalement que deux bars par heure, ce qui est suffisamment faible pour continuer à rouler de la sorte sans trop perdre en rendement. A 17h45, je remonte en selle. Une heure plus tard, au Km 270, c'est le Vieil-Baugé avec une température qui commence enfin à diminuer. A mon plus grand bonheur. J'arrive aux deux tiers du parcours en étant encore bien physiquement malgré la forte chaleur que je dois endurer depuis trois heures. A 19h40, au Km 290, passé Corné, je me dirige maintenant vers le sud d'Angers avec une température redevenue clémente pour pédaler. J'en profite pour passer sur le grand plateau. 52x17 maintenant pour terminer le travail. Avoir reconnu le parcours il y a deux mois me permet de me concentrer uniquement sur moi-même. Et sur mon rythme de plus en plus élevé. Après 150 kilomètres en dedans, puis 150 kilomètres à vitesse normale, je roule maintenant à plus de 30 km/h après 300 bornes de course... en prenant toujours le soin de bien faire tourner les jambes ! Aux Ponts-de-Cé, je repasse rive gauche de la Loire et améliore mon record personnel de 305 kilomètres établi en 2004. Passé ce cap symbolique, je me mets à écraser les pédales de toutes mes forces. Il ne me reste plus que 100 bornes à parcourir par une température idéale. Le calcul n'est plus permis. Il n'y a plus à réfléchir une seule seconde. A fond jusqu'à Nantes. Pour boucler un maximum de kilomètres de jour. D'Angers à Nantes par la rive gauche de la Loire, ça ne fait que monter et descendre. Je me surprends sur la plaque à avaler les bosses comme un fou furieux. A réciter un monstrueux contre-la-montre après autant de kilomètres. Je roule comme une balle jusqu'à Drain au Km 367 où je suis rattrapé par la nuit à 22h30. Je m'arrête une demi-heure pour un dernier ravitaillement. Pour regonfler aussi mon pneu arrière une dernière fois. Je repars à 23h00 avec Gérôme derrière moi qui va maintenant m'escorter jusqu'à Nantes dans l'obscurité totale avec les projecteurs de sa voiture. Au Km 381, je franchis une quatrième et dernière fois la Loire à Mauves pour repasser rive droite. Sur l'immense pont surplombant le gigantesque fleuve balayé par le vent marin, j'ai des frissons. La sensation d'être seul au monde. Sensation qui se confirme définitivement 14 kilomètres plus loin à 00h30 lorsque je pénètre dans Nantes après plus de 16 heures de vélo, les bras tendus vers le ciel en signe de victoire. Gérôme envoie quelques appels de phares pour me féliciter. Je me porte à sa voiture pour le remercier. On est sur la même longueur d'onde. Il reste cinq kilomètres pour atteindre le chiffre 400. Je sprinte dans Nantes à 45 km/h pour me défouler une dernière fois. Mes jambes ont du mal à répondre. Je commence à être au bout du rouleau. Qu'importe ! Je franchis les 400 kilomètres en plein centre-ville à 00h45. Afin qu'il n'y ait aucune polémique possible, on a prévu de boucler 407 bornes. Inutile de dire que les sept derniers kilomètres sont parcourus au ralenti dans la préfecture de la Loire-Atlantique où je suis pendu au portable pour partager ma joie avec mes proches. Notamment avec ma maman qui fêtait ses 49 ans aujourd'hui et qui a vécu dans l'angoisse toute la journée suspendue à ma progression. A 01h15, c'est le dénouement final. La photo devant la Peugeot 407... avant d'entrer dans l'hôtel Formule 1 nantais ! Quelques cris de haine fusent envers mes détracteurs enfin envahis par la honte. Les derniers d'un enfant traumatisé par une adolescence catastrophique... aujourd'hui définitivement effacée par cet exploit fracassant ! Dans ces circonstances électriques, c'est le soulagement qui prédomine dans mon être meurtri par 16h45 d'efforts. Faire 400 kilomètres de vélo seul en une unique journée, ça dépasse tout. C'était mon dernier rêve démesuré. L'aboutissement de toutes mes courses solitaires d'un jour. Il m'aura fallu sept ans pour y parvenir. Mais qu'importe après tout. Ce soir, je suis définitivement au sommet de mon art !!!!


Le parcours : Cély en Bière - Milly la Forêt - Oncy sur Ecole - Tousson - Nanteau sur Essonne - Malesherbes - Pithiviers - Chilleurs aux Bois - Loury - St Jean de Braye - Orléans - St Pryvé St Mesmin - St Hilaire St Mesmin - Mareau aux Prés - Cléry St André - Dry - Lailly en Val - St Laurent Nouan - Muides sur Loire - St Dyé sur Loire - Blois - Molineuf - Orchaise - Herbault - St Nicolas des Motets - Château Renault - St Laurent en Gâtines - Beaumont la Ronce - Neuillé Pont Pierre - Château la Vallière - Noyant - Auverse - Baugé en Anjou - Le Vieil Baugé - Fontaine Milon - Corné - Andard - Trélazé - Les Ponts de Cé - Mûrs Erigné - Béhuard - Rochefort sur Loire - Chalonnes sur Loire - Montjean sur Loire - Le Mesnil en Vallée - St Florent le Vieil - Le Marillais - Bouzillé - Liré - Drain - Champtoceaux - La Varenne - Mauves sur Loire - Thouaré sur Loire - Ste Luce sur Loire - Nantes, 407 kilomètres


Vidéos :

A Château-Renault (37)

Au Vieil-Baugé (49)

A Nantes (44)

 


Chargement des images ...
loading
Km 128, Muides sur Loire (45) Km 146, Blois (41) Km 190, Château-Renault (37) Km 218, Neuillé-Pont-Pierre (37) Km 270, Le Vieil-Baugé (49) Km 366, Drain (49) Km 400, Nantes (44) Km 407, Nantes (44) Km 407, Nantes (44) Km 407, Nantes (44)
© Thierry Bientz - 2019 © Code & Design by LBIE