Tour Méditerranéen 2013

Après Montélimar - Marseille début janvier, je suis de retour dans le sud de la France pour une course d'une toute autre dimension. Le Tour Méditerranéen, c'est 5 étapes escarpées en plein hiver avec du froid, du vent et de la pluie ! Je l'aborde avec 1 500 kilomètres dans les jambes mais aucun depuis huit jours en raison d'un virus tenace qui a failli me faire renoncer à la course avant même le départ...

Par conséquent, le lancement dans les montagnes du Diois est un calvaire. Mais sous un soleil parfait, je prends beaucoup de plaisir à grimper. Si je gère convenablement l'ascension de Val Maravel, je suis à la dérive dans les pourcentages effrayants menant à la station de Valdrôme. Je m'accroche comme un mort de faim en espérant retrouver la forme par la suite...

Je cours la deuxième étape entre Upie et Alixan avec mon ami Bruno rencontré l'an passé sur Thonon - Trieste. A deux, nous nous élevons tranquillement sur le plateau du Vercors sacrément enneigé pour la saison. Nous franchissons Jérôme Cavalli, Limouches et Bacchus avant de basculer vers Crest puis remonter jusqu'à Alixan. Le transfert en TGV dans la banlieue toulonnaise est long...

Au départ de La Seyne, je dois faire face à un temps de chien. Il pleut et vente fort sur la côte d'Azur. La montée du Camp du Castellet est abominable. Brinquebalé par les rafales, je manque de me faire renverser par une abrutie en bagnole. Par précaution, je finis l'ascension à pied. Je plonge ensuite sur Marseille par Aubagne et la N8. Cette troisième étape se conclut dans le cadre idyllique du Cap Croisette à l'extrémité sud de la préfecture des Bouches-du-Rhône...

Jeudi est le seul jour qui m'offre du répit au niveau de la météo et des difficultés. Cette quatrième étape vers Arles à l'ombre des Alpilles est une lente procession où je récupère un peu avant la dernière étape semée d'embûches...

Car cette cinquième journée de la banlieue aixoise à Toulon est l'étape reine de ce Tour Med 2013. Par miracle, la pluie s'estompe une fois la côte de La Bouilladisse franchie. J'enchaîne alors par le col de l'Ange et le Grand Caunet avant de plonger sur La Ciotat. L'explication finale débute alors dans les pourcentages vertigineux de Notre Dame du Mai où je manque ni plus ni moins de vomir dans le passage à 20%. Qu'importe, le moteur est débloqué lorsque le Mont Faron se présente face à moi. Je grimpe alors facilement sous un ciel bleu retrouvé. Aérien comme jamais depuis ce début d'année, je verse une larme au sommet du géant toulonnais, tout en serrant rageusement le poing comme à la grande époque. Ce Tour Méditerranéen 2013 est ma trentième course par étapes et accessoirement mon grand retour aux affaires après mon abandon au Tour de Catalogne en septembre dernier. Il valide un premier point de passage en vue de mon immense défi de l'année : le Giro d'Italia en mai après le Tour de France 2011 et la Vuelta a España 2012 !

 

  • Les étapes :

04/03/13 : Luc en Diois - Station de Valdrôme, 110 kilomètres
Val Maravel 1050m et Station de Valdrôme 1370m

05/03/13 : Upie - Alixan, 121 kilomètres
Col des Limouches 1086m

06/03/13 : La Seyne sur Mer - Marseille, 110 kilomètres

07/03/13 : Simiane Collongue - Arles, 112 kilomètres

08/03/13 : Meyreuil - Mont Faron, 117 kilomètres

 

  • Total : Luc en Diois (26) - Mont Faron (83) par Station de Valdrôme (26), Alixan (26), Marseille (13) et Arles (13), 570 kilomètres parcourus et 3 cols escaladés en 5 jours !

Chargement des images ...
loading
Km 030, Val Maravel (26) Km 110, Station de Valdrôme (26) Km 139, Col Jérôme Cavalli (26) Km 152, Col des Limouches (26) Km 341, Marseille (13) Km 453, Arles (13) Km 505, La Ciotat (13) Km 570, Mont Faron (83)
© Thierry Bientz - 2019 © Code & Design by LBIE